Depuis son arrivée à l’Île-du-Prince-Édouard en 2015, Annie-Pier Leblanc Montreuil a fait son petit bout de chemin en travaillant d’abord comme monitrice de langue, puis comme enseignante suppléante, à l’École La-Belle-Cloche, dans la région de Souris.

« J’étais venue en vacances ici à l’été 2014 et je suis tombée en amour avec l’Île, a partagé Annie-Pier. Ça a été tellement un vrai coup de foudre que par la suite, j’ai tout fait pour pouvoir venir m’établir ici. »
Annie and Kobe
Annie et son chat, Kobe. (Crédit photo : Nathan Paton)

Avant son arrivée chez nous, la technicienne en travail social originaire de la région de Shawinigan, au Québec, a travaillé auprès de diverses clientèles, principalement des adultes. Ces expériences sur le marché du travail lui ont permis d’acquérir des compétences qui lui serviront dans sa nouvelle carrière d’éducatrice de la petite enfance.

« C’est vraiment depuis que je fais de la suppléance à la maternelle et avec les classes de 1re et 2e années que j’ai confirmé ma passion pour la petite enfance, a-t-elle ajouté. Je me sens à l’aise avec les enfants et je souhaite contribuer à l’épanouissement de notre prochaine génération d’Insulaires francophones. »

Lancement bourses petite enfance 18mai2018

New bursary program will support recruiting additional early childhood resources

Qualified French-speaking early childhood educators are essential for early learning and child care centres to provide children with an environment where they will grow and thrive in French.

“We are currently experiencing a severe human resource shortage in our Francophone early learning and child care centres,“ shared Kathleen Couture, Executive Director of the Association des centre de la petite enfance francophones de l’Île-du-Prince-Édouard (ACPEFÎPÉ). “We are at capacity for the number of available certified educators even though there would be physical space to accommodate more children, and the waiting lists are getting longer every day.”

There are eight (8) bursaries available now for individuals ready to commit to taking the two-year Early Childhood Care and Education Program at Collège de l’Île, starting in September 2018. To receive the bursary, candidates must be admitted into that program and must commit to work for a minimum of two (2) years in one of the six (6) Francophone early learning and child care centres located in Prince Edward Island upon graduation.

Atlantic Canada’s publicly-funded Colleges launch renewed collaboration

Atlantic Canada’s publicly-funded colleges’ association has a new name, an expanded membership and a new strategic direction. The renewed association will promote the role of public colleges, and effectively collaborate to further economic and social development in Atlantic Canada. Atlantic Colleges Atlantique (ACA) succeeds the former Atlantic Provinces Community College Consortium, and represents all seven public colleges in Atlantic Canada: New Brunswick Community College (NBCC), Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB), Nova Scotia Community College (NSCC), Holland College, Université Sainte-Anne, Collège de l'Île and College of the North Atlantic (CNA).

ACA mai2018

“Atlantic Canada’s publicly-funded colleges make a significant contribution to the economy and to their communities across Atlantic Canada,” said NBCC President and CEO Marilyn Luscombe, current chair of ACA. “As a regional organization, ACA has a strategic priority to raise the profile, brand and awareness of Atlantic Canada’s public colleges, as well as influence public policy with regards to post-secondary education and training and strengthen the public college system in the region.”

Nous sommes en pleine semaine de la santé mentale, du 7 au 13 mai 2018. Au Collège de l’Île, c’est un sujet qui nous tient à cœur ! Afin de #parlerhautetfort et de contribuer à démystifier la santé mentale, nous avons récemment rencontré Janine Gallant, diplômée du Collège, pour qu’elle nous partage son expérience. Janine a eu l’occasion à plusieurs reprises de parler publiquement de santé mentale, y compris dans le cadre d’un symposium organisé par la Commission scolaire de langue française (CSLF), en juin 2017. Voici un extrait vidéo (environ 2 minutes) de notre entrevue avec elle ainsi que l'entrevue au long ci-dessous.



Salut Janine ! Tu viens de quel endroit et quel est ton lien avec le Collège de l’Île ?

Je suis originaire d’Abram-Village, dans la région Évangéline, ici même à l’Île-du-Prince-Édouard. Je suis diplômée du programme services à la personne du Collège. J’ai commencé des études à temps partiel en 2010 et j’ai continué à temps plein, de 2012 à 2014.

La semaine de la santé mentale s’en vient à grands pas et je me demandais pourquoi c’est important pour toi de parler ouvertement de santé mentale.

Je pense qu’une des raisons principales c’est que j’ai vécu moi-même des défis de santé mentale. Quand c’est arrivé, je me sentais seule, comme si je ne pouvais pas en parler. L’étape la plus difficile c’était d’admettre que j’avais un problème. Maintenant, même si je ne suis pas toujours 100 % à l’aise d’en parler, je me force de le faire pour ma famille, pour mes ami.e.s et pour mes collègues de travail pour qu’ils voient que c’est correct d’en parler. Dans le cadre de mon emploi, je travaille avec des familles et c’est important d’en parler dans ce contexte-là aussi pour démystifier le sujet de la santé mentale.

CMHA Poster FRE v01 PrePromotion 1


Saviez-vous qu’à chaque année, un Canadien sur cinq vit un problème de santé mentale, mais que TOUS les Canadiens ont une santé mentale?

Ça veut dire que nous connaissons tous quelqu’un qui a eu des défis – un.e. ami.e, un.e collègue de travail ou un.e membre de notre famille – mais que nous ne sommes peut-être pas au courant de leur situation.